Jardiner pour se reconnecter à la vie

Depuis près de cinq ans, l’EHPAD de Péronne (80) entretient un jardin thérapeutique. L’atelier hortithérapeutique accompagne les résidents en stimulant leur mémoire et en recomposant leur rapport à l’extérieur et au temps.

jardin destiné à l'hortitherapie au Centre hospitalier de Péronne

En septembre 2015, Mme Mascré, psychomotricienne a rejoint l’EHPAD Mermoz-Quinconce et y a introduit un travail autour des plantes aromatiques. Le projet a reçu le soutien de la direction des soins du centre hospitalier de Péronne (80) qui a octroyé un budget pour le terreau et les plantes. Un résident a proposé de solliciter les Pépinières municipales qui depuis fournit des végétaux à repiquer deux fois par an. Ce travail s’est intégré à plusieurs projets de vie et de soin après concertation de l’équipe soignante et du médecin coordinateur. En effet, l’atelier hortithérapeutique est devenu un moyen privilégié pour entrer en relation avec des résidents habitués au jardinage. Le projet à également reçu le soutien de leur entourage qui ont aidé à l’entretien et encouragé les participants.

jardin de senteur réalisé en 2013 dans l'Ehpad Jean-Mermoz

Stimuler la mémoire grâce à l’odorat

L’objectif premier de la thérapie était de travailler la stimulation olfactive auprès des résidents présentant des troubles de la mémoire. En effet, l’activité mobilise la proximité des aires cérébrales de la mémoire et de l’odorat. A l’aide des multiples odeurs des plantes aromatiques, la thérapie sollicité la mémoire émotionnelle. Dans un second temps, le jardinage favorise la réminiscence des souvenirs et de gestes. Ces émotions retrouvées enrichissent la communication du patient.

Les jardinières ergonomiques de Verdurable sont installées au Centre Hospitalier de Péronne depuis 2013.

Se tourner vers l’extérieur

Grâce à l’activité hortithérapeutique contribue à reconstruire le rapport que le résident entretient avec l’extérieur. En EHPAD, les personnes âgées ont tendance à se replier sur elles-mêmes. Certains résidents éprouvent des difficultés à quitter leur chambre ou leur étage. La thérapie psychomotrice peut alors chercher à réassurer le résident pour qu’ils se tournent vers le « dehors ». Ces jardinières mobiles aident sa perception de l’espace au sein de l’EHPAD. Chercher les bonnes expositions ou températures accompagnent la reconnexion à la vie.

Se projeter dans le temps

L’hortithérapie sollicite enfin le rapport au temps. Le cycle des saisons vient ajouter une nouvelle dimension dans le cycle temporel des résidents. Jardiner entraîne à se projeter. Dans cette mesure, le choix des plantes est une étape cruciale. Celles qui fleurissent vite suscitent une valorisation immédiate des résidents. Au contraire, les bulbes diffèrent la satisfaction. À la fin de l’été, certains résidents recueillent même des graines pour les futurs semis.

Le bilan positif de ces cinq ans d’expérience appelle à la perpétuation du jardin thérapeutique. Ce dernier favorise un lien de confiance entre la psychomotricienne et les résidents fiers de transmettre leurs compétences. En prenant soin des plantes, les personnes âgées ont pu redevenir actrices dans leur environnement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *